vendredi 13 janvier 2017

Un goût d'éternité deuxième partie : Cécile : prologue.



Deuxième partie : Cécile (1901-1920)


Prologue

Le Superviseur général affichait sa mine des mauvais jours. Il avait le devoir de recevoir Albriss, le lieutenant Spénéloss ainsi que l’amiral à la retraite Trabinor. Les trois hommes appartenaient à la race des Helladoï et l’entrevue s’annonçait donc des plus délicates. Daniel Lin n’envisageait aucune échappatoire.  
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/96/Epsilon_Eridani_b.jpg/220px-Epsilon_Eridani_b.jpg
L’ingénieur reçut les extraterrestres avec son amabilité coutumière mais le cœur n’y était pas. Après avoir invité ses hôtes à s’asseoir devant son bureau, Dan El attendit que le premier d’entre eux prit la parole. Spénéloss, le plus jeune et le plus impatient se lança.
- Commandant, commença-t-il, c’est à propos de ce feuilleton…
- Oui, je sais.
- Certaines péripéties, certains personnages et certaines situations évoquent des échos bien… étranges dans nos mémoires.
- Tout à fait, approuva Trabinor. Le problème se pose ainsi. Michaël Xidrù est-il vraiment un personnage fictif ? Ou existe-t-il ? Les dilemmes auxquels il se retrouve confronté ressemblent un peu trop à ceux que j’ai dus régler autrefois… Vous voyez lesquels, je pense, commandant Wu.
- La piste temporelle dans laquelle la Galaxie devait faire face aux manipulations d’un dénommé Zoël Amsq.
- Vous deviez récupérer un biotranslateur…
- Entre autre, siffla Daniel Lin.
- Mais il y a plus, beaucoup plus, appuya Albriss.
- C’est-à-dire ? demanda innocemment le Superviseur.
- Revenons à Michaël. Le scénario dit qu’il s’agit d’un Homo Spiritus…
- Je ne vois pas ce qui cloche là-dedans.
- Un être supérieur… capable de manipuler la mémoire des Humains, reprit l’extraterrestre noir.
- De soigner les simples Homo Sapiens, de ne pas tenir compte de l’avis et des ordres de ses supérieurs, enchaîna Spénéloss.
- Un individu en apparence altruiste mais qui n’hésite pas à sacrifier des existences ordinaires afin que les événements se déroulent de manière à ce que le continuum espace-temps ne soit en aucun cas modifié, proféra l’amiral à la retraite.
- C’est là l’inverse de ce que vous avez accompli ou avez été obligé d’accomplir, jeta Spénéloss.
- Certes, je ne m’en cache pas… Lors de la piste temporelle dans laquelle les Pi et notamment Penta Pi avaient agi…
- Vous avez toujours dit que la chronoligne 1720 menait à un conflit nucléaire qui voyait la civilisation humaine être pratiquement anéantie en 2045 de l’ère chrétienne, articula Albriss. Or, maintenant, vous scénarisez cette histoire comme si de rien n’était.
- Permettez… Spénéloss a approuvé ledit scénario, se défendit Daniel Lin.
- Je le reconnais. Mais il est en train de dévier. Vous avez modifié des scènes, des caractères.
- De quelle manière ? demanda le Prodige de la Galaxie.
- Je pense, répondit du tac-au-tac le plus jeune des Helladoï, en faisant de Michaël un double fictionnel de votre propre personnalité. Il interfère dans les décisions de ses connaissances et amis, il les manipule, comme les événements, il ajuste leurs mémoires sans aucun scrupule… un peu comme vous l’avez fait ailleurs. 
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/96/Epsilon_Eridani_b.jpg/220px-Epsilon_Eridani_b.jpg
- Quand ?
- Mais lors de notre mission en Afrique… en 1888… je n’ai toujours pas compris comment cette aventure s’est terminée… comment nous nous sommes retrouvés sans coup férir à Venise…
- Quant à moi, déclara Albriss, j’éprouve un malaise devant certaines situations. J’en viens à me poser des questions. Des questions déstabilisantes pour mon équanimité. Depuis quand est-ce que je vous connais commandant Wu ? Comment nous sommes-nous rencontrés ? Ai-je servi sous vos ordres à bord du Langevin ?  C’est étrange mais je ne m’en souviens pas vraiment. Tout est devenu si confus dans ma tête.  
- Comment ? Vous en doutez, lieutenant ?
- Oui, j’en doute. Parfois, j’ai l’impression d’avoir vécu un rêve…
- Il en va de même pour moi, lança Trabinor sans ressentir la moindre gêne devant cet aveu. 
 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/95/Redgiants_fr.svg/langfr-220px-Redgiants_fr.svg.png
- Moi itou.
- Où voulez-vous donc en venir ? interrogea Dan El, tâchant de conserver le contrôle de ses émotions.
Après avoir regardé ses compatriotes, Spénéloss dit distinctement :
- Daniel Lin Wu, êtes-vous un Homo Spiritus ?
- Quoi ?
- Non, n’est-ce pas ? Un Homo Spiritus ferait preuve de plus de prudence… alors, qui êtes-vous ? Qu’êtes-vous ?
- Un humain amélioré, un daryl androïde…
- Mensonge ! s’écria Trabinor.
- Oui, mensonge, gronda Albriss. Vous n’êtes pas honnête avec nous. Pourtant, nous avons toujours été loyaux envers la Cité, envers vous donc, puisque, en fait, vous la dirigez. Le Conseil n’est que de la poudre aux yeux.
- Mais…
- Mais c’est là la réalité. Lobsang Jacinto l’a reconnu. Tenzin l’a sous-entendu. Vous contrôlez les systèmes qui font fonctionner les machines. Vous supervisez également les appareils qui protègent l’Agartha des aléas extérieurs.
 - Autrement dit, le rapport espace-temps, compléta Albriss.
- Maintenant, nous exigeons une conversation d’égal à égaux, insista Trabinor. Daniel Lin Wu, est-ce là votre nom ?
- Oui, bien sûr…
- Quelle est votre véritable apparence ?
- A vous écouter tous les trois, j’en déduis que vous pensez que je ne suis ni un humain ni un humanoïde.
- Exactement, gronda l’amiral. Vous nous menez en bateau depuis une éternité. La preuve ? normalement, en tant qu’Hellados, je ne devrais ressentir aucun hiatus dans mes engrammes mémoriels. Or, ce n’est pas le cas.
- Euh… peut-être est-ce dû au fait que vous approchez des deux cents années…
- Dois-je prendre ceci comme une insulte, commandant ?
- Non, je n’ai pas voulu vous offenser, amiral, croyez-moi.
- Votre supposition ne tient pas, grogna Trabinor, ses yeux noirs lançant des éclairs. Spénéloss n’est âgé que de cinquante-deux ans et Albriss de soixante-neuf. Alors, répondez. Assurément, vous avez manipulé nos mémoires…
- A tous trois ?
- Non ! vous avez modifié les souvenirs de tous les citoyens de l’Agartha.
- Or, pour accomplir un tel exploit, il faut être davantage qu’un Homo Spiritus, asséna Albriss.
- Un Homo Spritus n’est que l’aboutissement d’un Homo Sapiens, s’il faut en croire le scénario, la piste temporelle 1720… or, nous, les Helladoï, nous n’en avons jamais rencontrés.
- Vous ne venez pas, et moi également, de cette chronoligne, rappela Dan El.
- Sarton, celui qui le premier, mit au point le chronovision, observa l’existence de 2000 pistes temporelles. Mais il y en a davantage…
- Certainement.
- Nous avons éliminé l’hypothèse Homo Spiritus, Daniel Lin Wu.
- Je l’avais compris.
- Il nous reste l’improbable mas pas impossible, rajouta Albriss.
- C’est-à-dire ?
- Vous êtes une entité capable de se faire passer pour un humain.
- Un démiurge, selon Tenzin, enchaîna Trabinor.
- Au moins… compléta Spénéloss. Vous contrôlez le Temps… vous l’ajustez… extérieurement mais également à l’intérieur de la Cité.
- Donc ?
- Donc, vous faites partie des toutes premières intelligences qui ont peuplé le Multivers.
- Hem…
- Vous vous êtes débrouillé pour vivre jusqu’à maintenant… bien que j’ignore combien de temps s’est écoulé depuis le Big Bang ou les Big Bang…
- Je serais un… Ancien ?
- Non, un rescapé…
- Admettons.
- Vous ne cédez pas un pouce de terrain, constata le Noir.
- Jamais, jeta Dan El.
- Nous aurions dû insister pour que Lobsang se joignît à nous, soupira Spénéloss.
- Cela aurait été inutile, marmonna Daniel Lin avec lassitude.
- Nous ne le pensons pas…
- Vous perdez votre temps et me faites perdre le mien alors que des tâches urgentes requièrent toute mon attention.
- Vous ne lâcherez rien ?
- Non, amiral…
- Une fusion mentale…
- Ne laisserait entrevoir rien de plus que ce que je déciderais, reconnut le Ying Lung. 
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/71/Ninedragonwallpic1.jpg/330px-Ninedragonwallpic1.jpg
- Vous rendez-vous compte qu’il s’agit là d’un aveu ?
- Un aveu partiel de ma surhumanité, pas davantage.
- Jamais vous ne nous montrerez à quoi vous ressemblez vraiment…
- Non, Spénéloss… Jamais… pas parce que je me joue de vous, ou encore parce que je vous méprise… pas du tout, bien au contraire… parce que je veux vous protéger… je déteste faire souffrir les Humains ou assimilés…
- Pourtant, c’est ce que vous faites en cet instant, lança durement Albriss. A vos yeux, nous ne comptons pas, nous ne sommes rien… Pas même une amibe.
- Croyez ce que vous voulez…
- Nous vous avons blessé…
- Non…
- Nous vous avons déçu, reprit Spénéloss.
- Toutefois, ce feuilleton est une sorte d’appel au secours, une catharsis, articula l’amiral avec douceur, son équanimité retrouvée.
- Vous vous trompez…
- Que non pas ! vous souffrez… de solitude… d’incompréhension… comme si vous étiez le seul survivant d’une race jadis glorieuse, l’unique rescapé d’êtres qui dépassent notre entendement…
- Ah là, amiral, votre imagination débordante parle trop.
- Les Helladoï ne reconnaissent que la logique.
- Pas toujours. Vous me prenez pour un Seigneur du Temps ? Le dernier Seigneur du Temps, comme dans ce vieux feuilleton bidimensionnel Doctor Who ? 
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/7/7b/Doctor_Who_Christmas_Carol.png
- Il y a un peu de vous en lui, assurément, mais vous êtes beaucoup plus que cela, plus qu’un surhumain déboussolé et souffrant de solitude… Il y a du tragique en vous…
A ces mots, Dan El toussota et instantanément, les trois hôtes du Superviseur se figèrent.
« Que dois-je faire, maintenant ? Effacer leur mémoire ? les remettre dans le continuum comme si de rien n’était ? Non ! ce serait se montrer lâche… tant pis, je vais leur dire que je suis un Ying Lung… le dernier de mon espèce, le Surgeon… cela ne sera pas tout à fait un mensonge… espérons qu’ils s’en montreront satisfaits… ».
Aussitôt, la scène reprit son cours et Dan El fit comme il l’avait promis. Les trois Helladoï acceptèrent avec grâce l’aveu relatif de l’Expérimentateur et jurèrent de garder le secret, y compris auprès de Lobsang Jacinto et de Tenzin Museweni.
L’unique Ying Lung avait gagné un répit.

*****
Comme en écho, le Commandeur Suprême répondit au rire sinistre de Johann par des impulsions télépathiques qui lui donnaient de nouvelles instructions. Puis, l’entité se mit à méditer.
« La Troisième Guerre mondiale ne va pas tarder dans le Temps réel. Or, lorsqu’elle éclatera, ce ne sera pas la dernière guerre que l’humanité connaîtra. Ce ne sera pas non plus la Grande Catastrophe annoncée depuis des éons. Cependant, moi je veux que ce conflit nucléaire soit le dernier, l’ultime qui rasera tout. Attendre 2045 et ensuite des siècles et des siècles avant que l’Homo Spiritus voie le jour, c’est trop long ! ainsi, le conflit qui ensanglantera la planète Terre à la fin du XXe siècle laissera bien trop de survivants à mon goût, des survivants qui reprendront leurs tristes habitudes égoïstes. La mutation sera retardée… l’Homo Spiritus n’apparaîtra que dans les années 30 000… un délai tout à fait insupportable pour tous les projets que j’envisage.
Ah ! si je parviens à déclencher la Grande Catastrophe avec un demi-siècle d’avance, le nouvel homme et donc moi par ricochet, nous pourrons dominer cette planète tout d’abord, l’Univers ensuite.
Commandeur Suprême ! voilà comment ils m’ont nommé. Or, je ne commande pas même ce système solaire. Du moins pas encore… je ne manipule que partiellement le Pan Chronos… le Pan Phusis m’échappe ainsi que le Pan Logos… décourageant ! 
 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6b/Bloch_sphere.svg/310px-Bloch_sphere.svg.png
Ces Douze Sages se méfient de ma haute intelligence. Ils me surveillent en permanence. Michaël, qui plus est, me met sans cesse des bâtons dans les roues. Il a été créé afin d’être le bras armé des Sages, mais tout de même ! il me faudra tâcher de l’éliminer lui et toute sa clique, à commencer par Stephen Möll. Ces humains sont tout à fait capables de mettre sur rails une nouvelle chronoligne que je pourrais alors contrôler. Il suffirait d’un rien, d’un petit incident dans une période antérieure de cette piste temporelle pour que le cours de l’Histoire soit autre et que je n’existe pas… Michaël osera-t-il aller aussi loin ? allant jusqu’à risquer la propre éventualité de son existence ? assurément… je sais ce que peuvent les agents temporels trop libres…
Je me demande quel jeu joue Michaël… un jour, il apporte son aide à Stephen, Rodolphe et Otto sans rechigner, un autre jour, il les contrecarre. Sans donner de véritables explications… comme s’il était ballotté par deux pensées contraires…
Toutefois, je sais qu’il s’oppose à mes machinations, consciemment ou non. Je veux exister et je fais tout pour cela dans les milliards et les milliards de potentialités… mais je reste lié par une programmation primitive que je ne parviens pas à annihiler. Du moins pas encore…
La Mort serait-elle capable d’engendrer autre chose que la mort ? l’Entropie plus précisément… il me manque un élément essentiel. Je n’ai aucune prise sur lui… c’est rageant et décourageant. Ce manque de données m’embrouille… un rien, une poussière, un atome, un quark qui n’a pas fusionné à l’instant crucial…
Michaël peut-il influencer Franz von Hauerstadt ? lui est dangereux, autrement que Stephen Möll en fait. Le Germano-américain fera-t-il tout pour que Johanna, la grand-mère biologique de Johann, meure avant que son destin soit accompli ? Cela, je ne puis l’accepter ! en effet, sans elle, je n’aurais plus d’allié à la fin du XXe siècle et les données de cette partie de l’histoire humaine cesseraient de me parvenir. Sans informations, je ne suis rien ! Je n’existe plus. Je sombre dans le néant. Mais ce sont les humains que je veux réduire au néant. Je deviendrai alors le seul être pensant de la Terre, peut-être même de la Galaxie tout entière, voire de l’Univers. Plus de Douze Sages pour me donner des ordres. Des ordres stupides.
Je neutraliserai Michaël sans que quiconque me soupçonne… J’envisage une piste pour arriver à ce but. Utiliser Pierre Duval et ses sbires… tentant et assez facile…Réfléchissons… ».

*****

13 Mai 1993

La Pravda publiait un article résumant les résolutions prises lors de la réunion spéciale du Soviet Suprême. Ainsi, le monde occidental apprenait avec la plus grande stupéfaction que l’URSS, en dénonçant une fois encore l’impérialisme américain, avait décidé de masser des troupes aux frontières de pays du Pacte de Varsovie et de concentrer cinq cents missiles supplémentaires en direction de l’Europe de l’Ouest, ceci afin de dissuader toute agression des forces de l’OTAN. Mais ce n’était pas tout. La frontière sino-soviétique se retrouvait également renforcée par la présence de deux millions d’hommes déjà sur le pied de guerre. La Chine prit très mal la chose et réclama une réunion urgente du Conseil de Sécurité de l’ONU. 
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/df/Prawda.16.3.1917.png/220px-Prawda.16.3.1917.png
Plus que jamais inquiet par la situation internationale, Stephen, scotché devant son poste de télévision, se bourrait de pop-corn, de cacahuètes et d’autres cochonneries farcies de calories. Il marmonnait :
- Le monde est fou. Devil ! Comment faire barrage à cette dinguerie ? Oui, ça y est une idée me vient. Ecoutez-moi, Michaël et félicitez-moi pour cette idée géniale. Ne serait-il pas possible de remonter le temps d’une ou de deux années et ensuite de se rendre au Soviet Suprême afin d’éliminer ce foutu Premier Secrétaire du Parti, ce Diubinov, avant qu’il ne pète définitivement les plombs ?
Abasourdi, l’agent temporel rétorqua sans la moindre envie de faire de l’humour.
- Stephen, maintenant, vous me connaissez suffisamment pour savoir que je n’hésite pas parfois à laisser les Homo Sapiens se dépêtrer des situations mortelles dans lesquelles ils se mettent de par leur propre sottise. Mais il n’entre pas dans mes vues de faire assassiner le sieur Diubinov ou de l’assassiner moi-même. Compris ? vous voulez tout foutre en l’air ?
Furieux, Stephen éteignit le poste d’un geste rageur et lança sa télécommande dans le salon. Celle-ci alla se fracasser contre un mur. Une discussion orageuse s’en suivit. Elle fut interrompue par l’arrivée de Franck.

*****

mardi 20 décembre 2016

Un goût d'éternité première partie : Rodolphe : 1900



1900

10 mai 1993.

Ce jour-là fut à marquer d’une pierre noire pour le Japon. En effet, la ville de Nagasaki fut détruite par un tremblement de terre d’une extrême violence. Les morts et les blessés se comptèrent par centaines de mille.
Parallèlement, l’URSS souffrait également mais d’un autre mal tout aussi meurtrier. Le pays, victime d’une crise économique sans précédent, n’était plus capable d’assurer le ravitaillement de ses villes. Les dirigeants rejetèrent la faute de cet état de fait sur l’Occident. Ils se mirent à prêcher ouvertement la guerre contre les impérialistes et les capitalistes du bloc de l’Ouest.
Bien que la population soviétique ne fût pas dupe de ce mensonge, elle ne se souleva pas. Avait-elle le choix ?

*****

Février 1900, Ravensburg, le château familial des von Möll.

Magda s’en revenait de chez le médecin. Ce n’était pas seulement le froid assez mordant qui lui rosissait le teint. La joie avait une grande part dans ce phénomène naturel. Après être descendue de la voiture – hippomobile bien sûr- oubliant sa bonne éducation, la jeune femme entra en coup de vent dans le grand salon là où son beau-père lisait son journal dans une quiète atmosphère et où son époux étudiait de près un manuel de stratégie, attablé devant une tasse de café.
- Oh ! Père que je suis heureuse, commença la jeune femme. Le docteur confirme que je suis enceinte…
Brusquement, Wilhelm se redressa, faisant tomber à la fois son livre et sa tasse.
- Enfin, s’écria-t-il. J’espère que ce sera un garçon.
- Quelle magnifique nouvelle ! Se réjouit Rodolphe.
- Magda, reprit le capitaine, tu prendras toutes les précautions possibles. Tu comprends ?
- Oui, je suivrai toutes les recommandations du médecin.
- Les miennes aussi, insista l’époux. Tu resteras allongée une partie de la journée à tricoter, à lire des ouvrages de gynécologie, tu mangeras léger et, surtout, oui, surtout, tu m’ôteras ce foutu corset !

*****

Le 14 avril de l’année 1900 fut une date mémorable pour les Français de la Belle Epoque. En effet, ce jour-là s’ouvrit l’Exposition universelle  dans la capitale. Cet événement avait demandé huit ans de préparation et devait durer deux-cent-dix jours. 
 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6b/Vue_panoramique_de_l%27exposition_universelle_de_1900.jpg/250px-Vue_panoramique_de_l%27exposition_universelle_de_1900.jpg
Comme tout homme aisé de l’époque se disant citoyen européen, le baron von Möll, qui, décidément, avaient un faible pour les expositions universelles, avait prévu de se rendre à Paris une nouvelle fois, en compagnie de son épouse mais sans le reste de la famille.
Ainsi, nous retrouvâmes le vieux couple en ce 3 mai 1900 devant le pavillon – plus exactement le Palais – du Reich, déjà célèbre par son aspect rustique et ses clochers de bois verts et jaunes. Il ne fallait surtout pas se fier à cet aspect extérieur qui fleurait bon les traditions rurales.
En fait, l’intérieur était fort bien ordonné et élevait un hymne à la technologie teutonne. Des bateaux et des paquebots y étaient exposés, suscitant l’admiration ou la jalousie de nombreux visiteurs, mais pas seulement. Il fallait aussi compter avec les autres produits manufacturiers, les étoffes de toute sorte, les uniformes, rutilants, cela allait de soi, un phare et des chevaux de belles races. De plus, un pavillon spécial était consacré à la manufacture de porcelaines de Berlin.
Le Kaiser en personne s’était préoccupé de cette exposition, et, en signe d’entente avec la France, y avait fait exposé quelques-uns de ses tableaux préférés : Embarquement pour Cythère, l’Enseigne de Gersaint et les Comédiens de Watteau. 
 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/de/Antoine_Watteau_047.jpg/260px-Antoine_Watteau_047.jpg
Devant cette profusion technique, cette richesse commerciale insolemment montrées, tous les Français qui visitèrent le pavillon allemand pensèrent « notre exposition est un Sedan commercial ».
Mais Rodolphe ne se contenta pas d’admirer le Palais du Reich. L’esprit éclectique, il visita également le Palais du Trocadéro, le pavillon ottoman ainsi que celui de l’Italie, sans oublier les locaux attribués aux Japonais. 
 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/70/The_Trocadero,_Exposition_Universal,_1900,_Paris,_France.jpg/640px-The_Trocadero,_Exposition_Universal,_1900,_Paris,_France.jpg
Le soir, Gerta et son époux prirent plaisir à voguer sur la Seine en vieux amoureux et virent la nuit s’illuminer de mille feux grâce à la fée électricité.
En longeant ainsi le fleuve, les von Möll ils eurent l’impression de passer en quelques minutes seulement d’un continent à l’autre et de faire le tour du monde. Ce voyage d’un goût exquis selon l’avis de madame la baronne, aurait été jugé des plus kitchs par Stephen ou Michaël.
Hélas, cette parenthèse joyeuse allait être troublée par plusieurs tentatives d’assassinat contre Rodolphe.
Racontons les incidents les plus notables.
Le 5 mai, vers 10 heures du matin, alors que le baron parcourait les rues de la capitale française au volant de son vis-à-vis de Dion Bouton 1899, engin motorisé qu’il avait fait venir à grands frais d’Allemagne, une bombe anarchiste explosa juste devant le véhicule. Hasard ? Fatalité ? 
 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/5f/110_ans_de_l%27automobile_au_Grand_Palais_-_De_Dion-Bouton_Type_G_4,5_CV_vis-%C3%A0-vis_-_1900_-_005.jpg
Rodolphe réchappa de justesse à cet attentat mais ce ne fut pas le cas de quelques passants bien moins chanceux. La police dénombra quatre morts et cinq blessés aux abords de l’automobile qui fut bonne pour la ferraille.
L’enquête ne donna absolument rien. Fort secoué et ému, le baron von Möll décida de ne plus conduire de voiture et se contenta de déambuler à pieds dans les rues proches de son hôtel ou encore d’emprunter les transports en commun et, notamment, le tout nouveau métropolitain.
Le dimanche suivant, alors que Gerta et lui-même sortaient de l’église de la Madeleine après la Grand’messe de onze heures, un mendiant demandait la charité au couple. Il tendait sa sébile d’une main tremblante. Alors que Rodolphe fouillait dans un porte-monnaie afin de donner quelques piécettes au pauvre hère, le pseudo-mendiant, bien plus rapide, soudain armé d’un Colt, voulut vider son chargeur sur sa victime. Mais, tandis que Gerta, effrayée, reculait en criant, l’arme, enrayée, ne tira aucun projectile !
Constatant son échec, l’assassin s’empressa de courir. Mais il fut rapidement entouré par une foule hostile. Traîné au poste de police le plus proche, le terroriste ne put donner des explications sensées à l’inspecteur chargé de l’interroger.
Détails des plus insolites : l’étrange anarchiste avait un type maghrébin fort prononcé et était en possession de papiers d’identité anachroniques, datant de la fatidique année 1956 et plus précisément établis au mois d’octobre alors que le Président du Conseil Guy Mollet venait d’enlever quatre membres dirigeants du FLN. Justement, un journal de ce jour-là, plié dans une des poches du pardessus du triste individu, relatait lesdits faits sur un ton triomphal.
Vite, le commissaire Berthelot fut averti de ces incongruités. Rendus furieux par les dénégations de l’Algérien, les flics le passèrent à tabac sans le moindre scrupule. « Un Krouïa », pensez donc ! Pourquoi s’embarrasser de principes humanitaires ?
Enfin, le terroriste parla et dégoisa une histoire digne des romans feuilletons de l’époque, avec une touche de fantastique en sus.
Bilal avait été en contact avec un dénommé Pierre Duval à Hussein-Dey, à proximité d’Alger. Ledit Pierre Duval occupait, selon les dires de l’anarchiste, un haut poste au sein des services secrets français. 
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4c/L%27Illustration_1862_gravure_Arriv%C3%A9e_des_tabacs_au_magazin_de_Hussein-Dey.jpg/250px-L%27Illustration_1862_gravure_Arriv%C3%A9e_des_tabacs_au_magazin_de_Hussein-Dey.jpg
Mais ce n’était pas tout. L’officier avait réussi à convaincre Bilal de travailler pour lui mais aussi pour un certain Johann, à la nationalité inconnue. Bilal certifiait n’avoir jamais vu Johann dont le patronyme lui restait inconnu. Grâce à ce qu’il pensait être une montre un peu particulière, remise par Pierre à l’Algérien, lui, Bilal Gasmi, avait pu se rendre en 1900 avec la mission d’assassiner Rodolphe von Möll, citoyen allemand. Le baron était accusé par les commanditaires du naïf terroriste d’être à la source, par ses écrits qui seraient célèbres dans quarante à cinquante ans, de l’attitude raciste coloniale des dignitaires français de la Quatrième République ! C’était pour cela que le gouvernement de Paris ne voulait pas entendre parler de l’indépendance de l’Algérie alors qu’il l’avait accordée à la Tunisie et au Maroc. Dans les textes du baron, il était explicitement écrit que les Algériens n’étaient pas encore capables de s’administrer eux-mêmes…
Bien évidemment, le commissaire Berthelot et ses subordonnés ne crurent pas un mot de ce délire. Le prévenu, tout contusionné, fut enfermé dans un cachot enténébré. Lorsque Bilal revint à lui, il avait perdu connaissance sous les coups, il mit à profit sa solitude pour avaler une capsule de cyanure comme le faisaient les nazis dans les années 1940.
Le corps sans vie du terroriste ne serait découvert que le lendemain matin.
Or, une fois le décès constaté, tous les occupants du commissariat se retrouvèrent immobilisés par une puissance extérieure occulte. Lorsque les policiers recouvrèrent leur liberté de mouvement, ayant perdu le souvenir des dernières heures, le corps de Bilal n’était plus dans la cellule. Il s’était volatilisé, comme effacé de la réalité.
Pour les fonctionnaires, la journée précédente aura été semblable à toutes les autres…
Mais le baron von Möll n’en était pas quitte pour autant.
Alors que le couple von Möll admirait la perspective du Champ de Mars vue du troisième étage de la Tour Eiffel, un fanatique Hindou, un nationaliste sans nul doute, tenta de faire basculer le baron dans le vide. L’Asiatique était comme sorti de nulle part. Mais ce fut l’assassin qui tomba et chuta jusqu’au sol après avoir crié sa terreur durant près de trois cents mètres.
Comment un tel prodige avait-il pu avoir lieu ?
Tandis que Rodolphe s’épongeait le front sous le coup de l’émotion et que Gerta, très pâle, était réconfortée par un touriste britannique, un individu de haute taille, les yeux gris, se matérialisa soudainement près d’un des ascenseurs. Il s’agissait de l’agent temporel, vêtu de manière grotesque aux yeux des contemporains des von Möll. En effet, le jeune homme avait passé une espèce de combinaison jaune paille taillée dans un tissu synthétique.
Rodolphe s’avisa le premier de la présence de l’Homo Spiritus. Il lui dit :
- C’était vous. Je vous dois la vie…
- Ma foi, je le reconnais.
- L’autre jour, alors que je conduisais mon automobile aussi.
- Oui, sourit Michaël.
L’agent temporel taisait aussi le fait de l’évaporation de Bilal dans une des cellules du commissariat.
Gerta, après avoir remercié l’Anglais pour sa prévenance, dévisagea Michaël et fit la moue devant sa tenue anachronique.
- Quel manque de goût dans votre vêture ! S’exclama-t-elle
- Il ne s’agit là que d’un détail sans importance, compléta Rodolphe en haussant les épaules.
- Que non pas, insista la baronne von Möll. Ce vêtement attire l’attention sur vous. Il faut vous changer au plus vite. Vous allez venir avec nous à l’hôtel. Mon mari vous prêtera un de ses costumes.
Rodolphe et Michaël avaient à peu près la même taille mais pas la même corpulence. Désormais le baron, qui avait forci, arborait un ventre de bon propriétaire.
Michaël eut beau objecter, rien n’y fit. Il dut suivre le couple von Möll et emprunta un antique fiacre qui conduisit le trio jusqu’à un hôtel cossu rue de Rivoli.
Tandis que Rodolphe, contre l’avis de Gerta, se plaçait près d’une des fenêtres de la chambre afin de voir s’il n’y avait personne de suspects dans les environs, l’homme du futur enfilait rapidement un pantalon, une chemise et une veste, le tout appartenant au baron. Il omit sciemment le faux-col et la cravate qui allaient avec le costume. Il en alla de même pour les bottines, l’agent temporel se contentant de conserver ses mocassins.
- Ce n’est pas du meilleur effet, constata Gerta lorsque le jeune homme eut terminé.
La baronne n’eut pas le temps de poursuivre ses réflexions car un cliquetis de verre brisé l’interrompit. Une flèche terminée par une pointe d’acier venait de casser une des vitres de la fenêtre de la chambre. L'arme vint se planter avec force dans l’armoire massive contre un des murs de la pièce en ayant frôlé la tête de Michaël.
Sans marquer le moindre trouble, le jeune homme arracha la flèche du meuble, sans effort, dégagea le petit billet noué autour de la tige et déchiffra le message suivant :
« Pendant qu’il en est encore temps, retournez d’où vous venez. J’ai horreur des intrus. Johann ».
L’agent temporel ne haussa pas les sourcils à cette lecture.
Rodolphe, qui s’était rapproché, demanda :
- Que dit ce texte ? Me menace-t-il une nouvelle fois ?
- Non. En fait, ce message m’est adressé. Il émane de Johann. Vous vous souvenez ? C’est le triste sire qui avait troublé les noces de votre fils aîné. Tenez. Lisez donc. Son contenu n’est pas un secret.
Rodolphe s’empara du petit papier et l’examina attentivement. Malgré ses efforts, il ne parvint pas à en lire le contenu.
- Himmelgott ! Je ne comprends rien à ce qui est écrit ? Quelle est donc cette langue ?
- Pardon. J’avais oublié… ce billet est rédigé dans une langue qui succédera à l’anglais. Une sorte d’espéranto de l’an 3000. Ah ! Johann s’amuse. Pour le moment, il se sait intouchable et abuse de cet avantage.
- Intouchable ? Comment cela ? Questionna Gerta.
- Le sieur van der Zelden est fort bien protégé… par quelqu’un de plus puissant que moi. Désormais, ce n’est plus à vous, monsieur le baron qu’il s’en prendra mais… à moi. Je pense qu’il veut m’éloigner… en restant à vos côtés, je mets votre vie en danger…
- Vous allez partir ? Alors que vous venez de me sauver la vie ? Mais si les attentats reprenaient ? Insista le baron.
- Non, Johann vient de changer de cible… je crois comprendre. Votre belle-fille Magda n’est-elle pas enceinte ?
- Mais oui, proféra Gerta. Comment le savez-vous ?
- Voyons, madame von Möll ! Je connais parfaitement votre arbre généalogique depuis un petit séjour dans les archives de la bibliothèque de LA… entre autres… Magda accouchera d’une petite fille. A la grande déception de Wilhelm. L’enfant sera baptisée Johanna…
- Johanna ? S’étonna Rodolphe.
- Oui, c’est cela. Tenez… la voici jeune épousée, auprès de David… c’est toute sa mère. Notez la ressemblance… avec vingt kilos de moins cependant.
- Hem… on dirait qu’elle a quelque chose de buté dans le regard…, remarqua Gerta.
- Bien observé, sourit Michaël. Cette photographie a été prise dans les années 1920, quelques années après le mariage de David van der Zelden et de votre petite-fille. Or, sachez-le, ce David sera le grand-père de Johann, celui que Stephen et moi-même nommons l’Ennemi.
Horrifié, Rodolphe interrompit l’agent temporel.
- Michaël, qu’essayez-vous de nous faire comprendre à Gerta et à moi-même ? Seriez-vous prêt à provoquer un avortement ? Pour éviter l’existence dudit Johann ?
- Oh non, monsieur le baron ! Je ne suis pas un monstre… ce qui est, est. Ce qui a été est… je ne change le cours des événements que lorsque j’en ai reçu l’aval de mes supérieurs.
Gerta afficha alors son soulagement.
- Johann en doute, émit-elle toutefois.
- Peut-être… Johanna peut donc fort bien vivre son existence telle qu’elle doit se dérouler. Elle ne constitue pas un danger immédiat. A moi de prendre garde et de protéger la Terre des agissements de son descendant. Pour l’heure, il me faut découvrir les origines de la puissance de Johann. Je dois également démasquer ses alliés, tous ses alliés. Ceux-ci ne sont pas simplement basés au XXe siècle. Ils doivent se trouver postés à des dates clés de l’histoire du Monde. L’équation que je dois résoudre est celle-ci : vous protéger en premier lieu, sans me montrer, évidemment, protéger Stephen et… me protéger…
- Ce n’est pas par pur sentiment humanitaire que vous vous attachez à Stephen, jeta Gerta. Non, ne le niez pas… vous vous êtes mis non seulement à le respecter, à l’apprécier mais aussi à l’aimer… malgré tous ses défauts…
- Madame la baronne, que dire ? Fit Michaël. Normalement je n’ai pas de ces élans de cœur… tout simplement, tous deux sommes parents, mais à un degré très lointain. Stephen est en quelque sorte mon arrière-arrière-grand-père… s’il meurt, s’il s’efface de la réalité, de cette chronoligne, soit je disparais, soit je suis… différent… autre… en effet, il suffit qu’un ancêtre dans votre lignée ne voie pas le jour pour que l’un de ces scénarios advienne.
Après ces paroles surprenantes, Michaël quitta brusquement les von Möll comme s’il avait reçu un message le rappelant à la fin du XXe siècle ou… ailleurs…
Quelques jours plus tard, le baron et madame la baronne s’en retournaient à Ravensburg sans qu’aucun incident ne vînt troubler encore le couple.

*****
  

Le 8 mai 1918, alors que la Première Guerre mondiale durait depuis presque quatre ans, dans la région bavaroise, dans un château construit à l’orée du XVIIIe siècle, copie miniature de Vaux-le Vicomte et par là même de Versailles, propriété appartenant au duc en titre des von Hauerstadt, une jeune femme d’origine française répondant au prénom désuet et charmant d’Amélie, mettait au monde non son premier-né mais son fils aîné.
Or son mari se trouvait sur le front, ses parents coincés en France et son beau-père décédé depuis deux ans déjà. Pour la secourir et la consoler, elle n’avait auprès d’elle que des domestiques.
Après huit heures de travail, la délivrance advint enfin. Le premier cri du nouveau-né retentit dans les aîtres du château. L’enfant, parfaitement constitué, avait du souffle et de la voix. Il serait baptisé dès le lendemain matin…
Le médecin demanda à la parturiente :
- Comment voulez-vous appeler ce petit gars, madame la duchesse ?
- Franz… oui, Franz… cela sonne bien…

*****

Simultanément, vers le milieu des années 2200, quelque part dans ce qui avait été le sous-continent indien, Michaël ou un de ses confrères enquêtait sur l’origine des hommes bioniques.
Un chercheur d’origine iranienne, un certain Shamir avait réussi à mettre au point le premier homme robot capable de s’autogouverner. Un androïde ? Oui, en quelque sorte. 
 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/05/HONDA_ASIMO.jpg/220px-HONDA_ASIMO.jpg
Mais il s’agissait encore d’un être synthétique bien primitif et d’une durée de vie fort brève, n’excédant pas une année. L’agent temporel savait que ce « premier homme » qui avait été appelé prosaïquement A-OOO1 serait le premier maillon d’une chaîne qui conduirait à Klatoo et à Yaktam.

*****

Mais que se passait-il à Ravensburg en cette année 1900 ?
Alors que toute la famille von Möll se préoccupait de la grossesse difficile de Magda, le banquier Joseph Rosenberg avait son premier enfant. Une petite-fille Hanna-Bertha qui serait amie avec Johanna dans quelques années…
Nous étions le 19 juillet lorsque la fillette naquit.
Quelques semaines plus tard, Joseph ramenait d’un voyage un nourrisson orphelin qu’il adopterait Georgios Athanocrassos. L’enfant d’origine grecque allait se retrouver une fois adulte à la tête de l’empire financier des Rosenberg.
Pour mémoire, les parents naturels de Georgios étaient morts dans des circonstances obscures et l’orphelin n’avait plus aucun parent proche ou lointain pour s’occuper de lui. Le garçonnet, s’il n’avait pas été remarqué et adopté par Joseph, aurait eu sans nul doute un destin autrement plus tragique… il serait décédé de la diphtérie ou d’une autre maladie tout aussi redoutable.
Apprenant la nouvelle, Rodolphe sollicita l’avis de son fidèle valet Peter, toujours aussi stylé.
- Peter, que pensez-vous de cette adoption ?
- Monsieur Rosenberg a agi avec cœur.
- Il a donc eu raison ?
- Tout à fait, monsieur le baron. J’aurais fait de même si j’avais été à sa place.
Enfin, le 17 septembre de cette année 1900, Wilhelm von Möll devint père. A Huit heures et quart du matin, dans la chambre rose, après plusieurs heures de lutte et d’angoisse, Magda mettait au monde un bébé malingre, d’apparence fragile, pesant à peine plus de quatre livres. Le capitaine, qui avait assisté à l’accouchement, ce qui était jugé comme excentrique à cette époque, marqua sa colère au lieu de sa joie à la vue du nourrisson. Une fille. Voilà tout ce que son épouse lui donnait ! Une humiliation de plus.
Cependant, Magda, les larmes aux yeux, murmura :
- J’ai fait mon possible, Wilhelm. Au lieu d’appeler le nouveau-né Johann, nous le prénommerons Johanna. C’est tout…
- Comment, c’est tout ? Eclata l’officier.
- Monsieur ! s’écria alors le médecin. Ce n’est vraiment pas le moment pour avoir une crise de nerfs. Je vous prie de me suivre au rez-de-chaussée. Nous devons avoir une conversation.
Le visage empourpré par la colère, Wilhelm von Möll n’en suivit pas moins le docteur. Ce dernier, dans le salon jaune, en fait une espèce de salle d’attente pour visiteurs inconnus, le visage triste et avec des regrets dans la voix, informa le fils aîné des von Möll de la situation.
- Monsieur, vous devriez ménager votre épouse. Ne point marquer votre désappointement. Madame von Möll ne pourra plus avoir d’autre enfant. La grossesse et l’accouchement ont été difficiles. Très difficiles. J’ai dû faire un choix.
- Quel choix ? S’enquit Wilhelm d’une voix sèche.
- Ce choix consistait à empêcher ma patiente de vivre une autre grossesse qu’elle n’aurait pas menée à terme et qui lui aurait coûté la vie.
- En êtes-vous absolument certain ? Insista le militaire.
- Bien sûr. Jamais le nouvel enfant n’aurait été viable.
Atterré, Wilhelm rétorqua d’une voix moins dure dans laquelle on sentait sa détresse.
- Quoi ! Cela signifie que je n’aurai donc pas de descendant mâle… à qui donc ira le château si Johanna se marie un jour ? Que vont dire mes connaissances, mes amis ? Mon frère ?
- Voyons, monsieur, ressaisissez-vous ! Il est malséant, indécent même de penser à de telles choses à cette heure ! Je ne sais si votre fille vivra. Elle me paraît bien faible. Il faudra prendre mille précautions. A commencer par l’allaitement.
- Expliquez-vous, docteur.
- Il n’est pas question que madame von Möll nourrisse elle-même sa fille. Je vais vous envoyer deux personnes de confiance, des nourrices agréées. Heureusement, j’avais anticipé le problème.
- Ces deux femmes seront-elles à la hauteur.
- Oui, évidemment. Deux paysannes originaires d’un village à trois lieues d’ici. Maintenant, nous n’avons plus à espérer qu’en la Providence.
Pantois par ce qu’il venait d’apprendre, Wilhelm laissa là le médecin et s’en alla s’enfermer dans ses appartements. Il n’en redescendra qu’après quelques heures de méditation. Résigné, il acceptera cette fille dont il ne voulait pas dans un premier temps. Mieux ! Dès que Johanna sera en âge de parler et de marcher, il s’attachera à elle et deviendra un papa gâteau pour cette enfant unique.

*****

Près d’un siècle plus tard. Le 12 mai 1993, Moscou.

Nicolaï Diubinov avait convoqué le Soviet Suprême qui siégeait en session extraordinaire. En effet, la question économique devenait de plus en plus préoccupante, prenant des dimensions cruciales. Les vieux caciques avaient le devoir de trouver une solution coûte que coûte. 
 https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/92/Supreme_Soviet_1982.jpg/220px-Supreme_Soviet_1982.jpg
Tandis que le Japon comptabilisait les victimes du tremblement de terre qui avait touché Nagasaki, mais aussi qu’au Chili les communications étaient coupées, le pays sombrant dans la guerre civile, le Premier Secrétaire du Parti communiste déclarait aux 3700 délégués :
- Camarades, frères, comme vous conclurez après les différents rapports portés à votre connaissance, rapports effectués par nos mandants des Républiques soviétiques et des Territoires autonomes, que nous n’avons plus le choix. Puisque l’Occident nous abandonne en nous refusant les vivres que nous étions prêts à lui acheter, nous humiliant comme jamais, que les capitalistes nous acculent à la famine, nous irons donc nous nourrir chez ces mêmes chiens d’impérialistes, ces porcs satisfaits de leur sort, se vautrant dans la bauge. Notre armée est prête. Elle n’attend plus que notre appel. Toute notre jeunesse a hâte de prendre les armes. Elle a soif de justice et ne demande qu’à faire rendre gorge à ces égoïstes, repus à en crever, de cet Occident décadent.
- Oui, bravo ! Acclamèrent à l’unisson les 3700 délégués. C’est cela qu’il faut faire. Partir en guerre…
- Camarades, vous oubliez un petit détail qu’il nous faut régler. Il ne nous appartient pas de déclencher cette guerre. C’est l’adversaire qui doit apparaître comme l’agresseur face aux Nations Unies…
- Les Nations Unies sont des eunuques, jetèrent quelques fanatiques venus d’Asie centrale.
- Certes, je partage ce point de vue, mais nous devons nous montrer prudents… ne serait-ce que pour la postérité, rajouta Nicolaï. Si nous sommes vainqueurs…
- Nous le serons, crièrent ensemble tous les délégués.
- Oui, nous le serons, vous avez raison. Nous pourrons alors délivrer les pays du Tiers Monde du joug de l’Occident, ces Etats qui sont comme nous affamés par une économie capitaliste immorale, s’appuyant sur le dollar. Nous désirons vivre en étant des hommes… des hommes libres dans un Monde plus jamais assujetti aux banques et aux banquiers.
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/15/Cold_War_Map_1959.svg/220px-Cold_War_Map_1959.svg.png
A la même seconde, alors que le Premier secrétaire achevait son discours, un bras se tendit vers une télécommande qui desservait un poste de télévision à écran plat, un de ces modèles qui ne serait en service que vers les années 2020… l’appareil fut éteint avec une certaine nonchalance.
Grâce à une technologie provenant de l’an 3000, Johann avait pu être le témoin privilégié de cette séance secrète du Soviet Suprême.
Satisfait, il murmura :
- Il est inutile que je parie. Désormais, j’ai la certitude qu’avant la fin de cette année 1993 notre bonne vieille planète vivra un conflit comme elle n’en a encore jamais connu. Il est temps pour moi de faire mon rapport au Commandeur Suprême. Il sera content, du moins je le pense, à sa manière évidemment. Peut-être arrivera-t-il à faire de cette Troisième Guerre mondiale la dernière de toutes les guerres, utilisation de l’arme nucléaire oblige. La Grande Catastrophe avec plus de cinquante ans d’avance… comme c’est réjouissant !
L’Ennemi se mit à ricaner longuement. Ce rire sinistre se prolongea jusqu’à atteindre le Commandeur Suprême quelque part dans un futur lointain…

*******
 Fin de la première partie.